UNE MAISON ECONOME A 50.000 €

Développement d'un projet de construction industrielle d'une maison à ossature métallique, économe en énergie

PENSEZ A VOUS ENREGISTRER POUR PROFITER DES DERNIERES INFORMATIONS
SUR l'AVANCEMENT DU PROJET

Porteur du projet



Willy FURTER
4 rue Henri Matisse
81600 GAILLAC

Téléphone: 09.80.54.79.40
Mobile: 06.95.52.30.72

willyfurter@sfr.fr



Connexion

Récupérer mon mot de passe


    La Naissance de l'idée et du projet

    Partagez
    avatar
    Willy FURTER

    Masculin Nombre de messages : 49
    Age : 72
    Ville : Gaillac
    N° Département : 81
    Date d'inscription : 12/01/2008

    La Naissance de l'idée et du projet

    Message  Willy FURTER le 12.01.08 15:15

    A la retraite depuis 3 ans, je me suis rendu compte qu'il faisait froid dans une maison des années 80, isolée intérieurement ,derrière le placo, et possédant des doubles vitrages. Habitué depuis longtemps à rechercher des solutions à des problèmes mécaniques ou d'organisation dans l'industrie ou j'ai passé une trentaine d'années, j'ai vite compris que le froid provenait du pont thermique créé par les dalles.Comment supprimer ce phénomène? N'étant pas du bâtiment je n'étais influencé par aucun à priori.

    Un fait s'impose d'entrée:Il faut installer une barrière entre le froid et le bâtiment. En d'autres termes, il faut ISOLER PAR L'EXTERIEUR.

    Un autre sujet de réfexion est apparu: Pourquoi encombrer les pièces avec des radiateurs ou convecteurs qui ne sont utiles que 5 mois sur 12? La maison étant isolée par l'extérieur, il faut installer un moyen de chauffage permettant de chauffer les murs, (et non l'air des pièces qui s'évanouit dans la nature dès qu'on ouvre une porte), ces derniers diffuseront cette chaleur dans les pièces correspondantes.J'ai donc déposé un brevet sur un procédé de régulation thermique par les murs.

    Comment exploiter un tel brevet?, comment intéresser un industriel, afin de développer une telle idée?.

    Une seule solution m'est venue à l'esprit, concevoir une maison permettant de prouver les théories que j'avais avancées. Fort d'une expérience dans la construction métallique, j'ai imaginé une maison dont l'ossature serait en tôle pliée et en profilés métalliques. Les murs étant constitués d'éléments soudés entre eux et assemblés mécaniquement sur chantier. L'habillage extérieur, primordial en ce qui concerne l'isolation, devait être constitué d'un matériau dont la résistance thermique serait la plus élévée possible, afin que le métal constituant le squelette de la maison ne soit pas influencé par les aléas climatiques, provoquant des dilatations et des retraits, ayant pour conséquence les fissures que l'on constate dans la construction traditionnelle et attribués faussement,d'après moi, à la sécheresse, qui n'a fait qu'amplifier un phénomène existant. Au cours de mes recherches, j'ai découvert un isolant réfléchissant qui possédait les caractéristiques mécaniques et thermiques que je recherchais. En effet, il suffit d'emballer la structure métallique dans cet isolant, le stabi-thermo, constitué de bulles d'air emprisonnées dans un plastique imperméable, recouvert sur ses deux faces, d'un film aluminium poli, afin de l'isoler, non seulement thermiquement, mais également de l'humidité véhiculée par l'air, évitant ainsi sa corrosion:
    www.isolation-reflexion.fr

    Comme le brevet de chauffage par les murs prévoyait, derrière le placo, une chambre d'air que l'on chauffe suivant les besoins, la chaleur étant réfléchie par un film réfléchissant situé sur la face externe de la cavité et renvoyée vers la pièce à travers le placo,je me suis dit qu'il fallait,pour l'été, utiliser le même principe afin de renvoyer les calories vers l'extérieur.

    La composition des murs de la maison étant ainsi définie, même principe pour le sol et le plafond, restait à trouver un organisme capable de m'aider à construire un prototype permettant de vérifier les théories que j'avais avancées. J'ai donc créé un blog: maison-econome.skyblog.com, suivi de quelques autres.J'ai fait appel également à un organisme local d'aide au développement des entreprise et j'ai été contacté par un organisme de gestion de maisons HLM. Une année est passée en vaines discutions car l'emploi d'isolants fins réfléchissants dans le bâtiment n'avait pas encore reçu l'agrément du CSTB .J'ai rencontré quelques chefs d'entreprises et, l'un d'eux, a compris l'intérêt d'un tel procédé.
    Midi-pyrénées innovations, Aveyron expansion, la CCI de Rodez, OSEO, RITT,l'ICAM de Toulouse ont apporté leur soutien (moral pour certains et financier pour d'autres),sans oublier les industriels et commerçants locaux . Par exemple L'ICAM de Toulouse a développé, grâce à une subvention attribuée par le RITT,un logiciel, basé sur notre principe de mur, permettant de simuler entre autres, la résistance thermique d'un mur comportant jusqu'à 8 couches de matériaux, et exposé à toutes les intempéries possibles. Il a démontré que le prototype, avait des murs dont la résistance thermique était meilleure que ceux d'une maison traditionnelle, isolée avec 100mm de laine de roche et ceci, par tous les temps.

    Les relevés thermiques, effectués toutes les heures, ont permis de constater que les prévisions étaient justes. Non seulement les variations de température extérieure n'influençent pas la température intérieure mais, en plus, lors de l'ouverture de la porte d'entrée, on ne ressent pas l'entrée d'air froid comme il s'en produit dans les habitations classiques.

    Sans exagérer, on peut estimer à 15Kwh/m2/an, la consommation d'électricité de ce prototype, sachant qu'il est mal exposé (Façade sud placée au nord-est pour les besoins de l'entreprise) et que son utilisation comme bureau de l'usine le soumet à de fréquents va et vient.

    Pour le moment, le prototype ne met en évidence que la valeur thermique des murs. le reste étant construit traditionnellement, alors qu'il y a tant de choses à améliorer dans la conception du sol et de la toiture. Il est, à mon avis primordial de concevoir un ensemble complet, sol mur toiture, avec le même souci d'industrialisation et de recherche thermique pour diminuer la consommation de chauffage ou de climatisation et de réduire drastiquement les coûts de fabrication.

    Cette consommation pourra être fortement réduite si l'on récupère les calories du soleil qui s'accumulent derrière le bardage de la façade exposée ou sous les tuiles de toiture, qu'on les stocke, et qu'on les redistribue à l'intérieur quand le besoin s'en fait sentir. Toutes sortes de procédés peuvent être employés pour réaliser cette opération.

    Libre cours est donné à la création.


    Dernière édition par Willy FURTER le 10.10.11 11:36, édité 7 fois
    avatar
    Willy FURTER

    Masculin Nombre de messages : 49
    Age : 72
    Ville : Gaillac
    N° Département : 81
    Date d'inscription : 12/01/2008

    Re: La Naissance de l'idée et du projet

    Message  Willy FURTER le 14.06.08 12:40

    Depuis le 7 avril 2008,des relevés de consommation électrique ont été faits, heure par heure afin d'analyser le comportement de la maison en fonction des variations de température extérieure. Nous avons eu l'agréable surprise de constater que la moyenne journalière était inférieure à 5Kw pour maintenir 225m3 à 19°C, malgré quelques températures nocturnes négatives. Nous pouvons donc estimer que la consommation électrique d'une maison construite sur le principe breveté, serait inférieure à 15 KWh/m2/an, largement moins que la recommandation de la RT 2005, qui est de 250 KWh/m2/an.

    Il ne nous reste plus, pour pouvoir vulgariser ce concept, qu'à convaincre les organismes régissant les règles de la construction immobilière. En attendant ce jour, pour pouvoir commercialiser ce type de maison, il n'y a que l'autoconstruction.

      La date/heure actuelle est 24.05.17 6:17